Dzogchen Ponlop

Portrait de Dzogchen Ponlop

Dzogchen Ponlop Rinpoché, septième de la lignée d’incarnations, est né en 1965 au Sikkim. Il fut ordonné moine novice en 1974.

Il commença à étudier la philosophie bouddhiste dès l’âge de douze ans. Il reçut les enseignements bouddhiques tibétains – écoles Kagyu et Nyingma - de différents maîtres, parmi lesquels le seizième karmapa, Dilgo Khyentsé Rinpoché et Kalou Rinpoché.

Il a découvert l’Occident à l’âge de quinze ans en accompagnant le seizième karmapa en Amérique du nord. Établi aux États-Unis depuis une vingtaine d’années, il a renoncé à la vie monastique pour fonder une famille.

Enseignant laïque au Center for American Buddhism de Seattle, il œuvre au développement d’un bouddhisme occidental.

Quelques ouvrages

Quelques extraits

• Entendre la vérité

Quand nous sommes […] totalement immergés [dans l'écoute musicale], notre esprit se retrouve à un niveau différent. Nous écoutons sans jugement ni interprétation intellectuelle, parce que nous écoutons avec le cœur. C'est ainsi qu'il faut écouter quand on veut entendre la vérité.

page(s) 15
• Votre esprit est réellement éveillé

[L]e mot « bouddha » signifie simplement « éveillé » ou « réveillé ». Il ne se réfère pas à un personnage historique particulier, à une philosophie ou à une religion, mais à votre propre esprit. Vous savez que vous avez un esprit, mais à quoi ressemble-t-il ? Il est éveillé. Je ne veux pas dire simplement « non endormi ». Non, votre esprit est réellement éveillé, au-delà de tout ce que vous pouvez imaginer. Il est lumineusement clair, ouvert, vaste, et déborde d'excellentes qualités : l'amour sans réserve, la compassion, et la sagesse qui voit les choses telles qu'elles sont.

page(s) 23
• Nos drames personnels

Disons que le drame est l'illusion se présentant comme la vérité, et que le dharma est la vérité elle-même : ce que sont les choses, l'état élémentaire de la réalité, qui ne change pas de jour en jour au gré de la mode, de notre humeur ou de notre emploi du temps. Pour transformer le dharma en drame, tout ce qu'il nous faut, ce sont les ingrédients de n'importe quelle bonne pièce : de l'émotion, du conflit et de l'action – l'impression qu'il arrive quelque chose d'urgent et d'important aux personnages impliqués. Nos drames personnels peuvent partir des « faits » concernant notre identité et nos actes ; mais, attisés par nos émotions et nos concepts, ils ont tôt fait d'évoluer en pure imagination et de devenir aussi difficiles à démêler que les scénarios de nos rêves.

page(s) 11
• Le drame de la culture religieuse

Il n'y a aucun pouvoir d'éveil spécifique dans les formes culturelles qui se dissocient de la sagesse et de l'efficacité qui leur ont donné naissance. Elles se transforment elles-mêmes en illusions pour s'incorporer au drame de la culture religieuse.

page(s) 18
• Tendance rebelle

Nous avons tous une tendance rebelle. Latente en général, il lui arrive parfois d'être contrainte à s'exprimer. Nourrie et guidée avec sagesse et compassion, ce peut être une force positive qui nous libère de la peur et de l'ignorance. À l'inverse, si elle se manifeste d'une façon névrotique, pleine de ressentiment, de colère et d'égocentrisme, elle risque de se transformer en une force destructrice, aussi nuisible à nous-mêmes qu'aux autres.

page(s) 9-10
• Savoir ce qui est vrai et ce qui n’est qu’illusion

[L]'accomplissement [de Siddhartha] représente toujours un parfait exemple de révolution mentale : une recherche inflexible de la vérité, qui a conduit à son éveil complet et à sa libération de tout asservissement culturel et psychologique. Il ne voulait rien du monde extérieur. Il ne vivait pas une aventure émotionnelle pour trouver une glorification et un pouvoir personnels. Non, il voulait simplement savoir ce qui était vrai et ce qui n’était qu’illusion.

page(s) 14
• Nés libres

Nous sommes nés libres. La nature véritable de l'esprit est la sagesse et la compassion éclairées. Notre esprit est toujours lumineusement éveillé et conscient. Pourtant, nous sommes souvent tourmentés par des pensées douloureuses et par l'effervescence émotionnelle qui les accompagne. Nous vivons dans des états de confusion et de peur auxquels nous n'apercevons aucune issue. Notre problème, c'est que nous ne distinguons pas ce que nous sommes réellement au plus profond de nous-mêmes. Nous ne reconnaissons pas le pouvoir de notre nature éveillée. Nous croyons à la réalité de ce que nous voyons devant nos yeux, et nous en acceptons la validité jusqu'à ce que quelque chose – une maladie, un accident ou une déception – vienne nous désillusionner. À ce moment-là, nous allons peut-être remettre en question nos croyances et commencer à chercher une vérité plus riche et plus durable.C'est alors notre premier pas sur la route de la liberté.

page(s) 10