Aimer d’amitié

Comment l’amitié enseigne à aimer
Robert Laffont, 1992
13 cm x 21 cm, 220 pages


Couverture d'Aimer d’amitié

Quatrième de couverture

Pourquoi un ouvrage sur l'amitié, sujet vieux comme le monde ? Aujourd'hui le panorama a changé. L'amitié tend à occuper une place prépondérante dans les rapports entre femmes, entre hommes et femmes et même entre ex-partenaires amoureux, ainsi que dans la vie professionnelle.

Ces liens d'amitié, débarrassés du désir, plus durables et plus harmonieux, plus lucides que ceux de la passion, sont à la fois remèdes aux éclopés de l'amour et ouvertures sur une alliance sans perdant ni gagnant, d'où sont exclus la peur et les jeux du pouvoir.

L'histoire et l'actualité privilégient les couples célèbres et les grandes (ou petites) amours. C'est à la fois pour réparer cette injustice et pour découvrir de nouveaux modes de relations humaines que Jacqueline Kelen a mené l'enquête, en recueillant et en analysant de nombreux témoignages d'hommes et de femmes, connus ou non.

L'amitié accompagne tous les âges et toutes les étapes de l'existence, mais on peut dire qu'elle est signe de maturité et qu'elle repose sur le partage de l'essentiel.

Extraits de l'ouvrage

• Une exigence de l'être

Les Anciens n'avaient pas tort, qui jugeaient l'amitié comme un sentiment aristocratique, réservé à quelques-uns, hommes de bien, hommes vertueux. Parce que l'amitié est une exigence de l'être, parce qu'elle est une élévation de l'âme, qu'elle est désintéressée, altruiste.

page(s) 11
• Un merveilleux outil de connaissance

L'amitié est un merveilleux outil de connaissance.

page(s) 14
• Aimer quelqu’un

Aimer quelqu’un, ce n'est pas capter tous ses sentiments, toutes ses attentions et dévotions ; c'est aimer en lui ses capacités d'amour et d'ouverture.

page(s) 16
• Un accord parfait

Cicéron situe l'amitié si haut dans le ciel des vertus qu'au dessus d'elle ne figure que le Bien suprême. C'est une relation pleine de délicatesse, jamais intempestive, jamais pesante : « Retrancher de l'amitié le respect, c'est la priver de sa plus belle parure. » L'amitié est une force de cohésion et aussi d'émulation, un « accord parfait ». Cicéron ne distingue dès lors pas l'amitié de l'amour, si « aimer, c'est donner gratuitement son cœur à quelqu'un, non du tout parce qu'on est dans le besoin ou qu'on en espère un profit ».

page(s) 23
• Un chemin de perfection

Pour Aristote, Cicéron, Montaigne, l'amitié s'inscrit dans la sphère de la morale au lieu de se ranger, à côté d'autres émotions et sentiments, dans le domaine de la psychologie. Ceci peut nous éclairer : l'amitié n'est pas une des passions de l'âme, mais une élévation et une ascèse de l'âme, une conduite à tenir, un chemin de perfection. Dès lors comment comparer ce qui nous rend aveugle ou esclave (l'instinct, la passion amoureuse et les autres passions comme l'ambition, l'avarice…) avec ce qui nous rend plus lucide, plus serein, bref, meilleur ?

page(s) 24
• L'ami sur le chemin spirituel

L'ami est une grande aide sur le chemin spirituel, c'est même le sens profond de sa présence. Le Bouddha insiste sur ce rôle joué par l'amitié : « Si tu trouves un ami sage, prêt à cheminer avec toi, résolu, constant, bravant avec courage tous les dangers, vis avec lui, ô sage, dans la sérénité et le bonheur. Si tu ne trouves pas d'ami sage, prêt à cheminer avec toi, résolu, constant, marche seul, comme un roi après une conquête ou un éléphant dans la forêt. »

page(s) 26
• Aimer l'égalité de l'autre

Permettre l’amitié, c'est renoncer à son pouvoir, oublier sa peur, c'est reconnaître et aimer l'égalité de l'autre.

page(s) 27
• Philia ambassadrice d'agapê

La Grèce ancienne distinguait quatre degrés d'aimer : porneia, eros, philia, agapê, soit la sexualité basse et vulgaire, le désir amoureux, l'amitié, enfin l'amour pur et universel. Ainsi, l'amitié est ce qui s'approche le plus de l'amour véritable qui est don total, patience, non-jugement. Philia n'est pas la servante d'agapê, elle en serait plutôt l'ambassadrice. Philia joue aussi le rôle d'éducatrice d'eros, lui enseignant ce qu'il ne voit pas encore, l'élevant au-dessus du désir égoïste, de la soif de sensualité, du goût de la fusion et de l'appropriation.

L'amitié est l'annonciation de l'Amour. Et il y a plus loin d'eros à philia que de philia à agapê.

page(s) 29
• Hors des chemins battus

[O]n n'a rien inventé de mieux pour devenir mature que la solitude, la réflexion, le silence ou l'épreuve. Il apparaît ainsi que les solitaires sont les personnes qui seront les plus touchées par l'amitié, les plus ouvertes à cette relation. Les célibataires, les couples sans enfant, les personnes qui se sont dégagées des liens familiaux sont les plus perméables à l'amitié, les plus riches d'amitiés : ceux-là ne les cultivent pas parce qu'ils se sentent seuls, mais au contraire ils peuvent s'adonner aux joies de l'amitié dans la mesure où ils sont disponibles, ouverts à d'autres relations que le face-à-face obligé du couple ou bien la table familiale.

L'amitié – c'est sa définition naturelle – est distincte à la fois des liens du sang et de la passion amoureuse. Elle relie des êtres qui peuvent être très différents et qui, pour être comblés, n'auront besoin de passer ni par l'étreinte charnelle ni par la vie à deux ni par la procréation. En ce sens, l'amitié vit hors des chemins battus et possède même un petit côté subversif.

page(s) 9