Hara

Centre vital de l’homme
Courrier du livre, 1954
14 cm x 22 cm, 250 pages
Couverture de Hara

Quatrième de couverture

Le Hara n'est pas seulement une théorie doctrinale. C'est l'enseignement d'une pratique au service de l'essentiel. La pratique du Hara aide à la fois dans la maîtrise de la vie en ce monde et dans la progression sur la Voie. Il s'agit de la Voie qui redonne à l'homme ayant perdu ses racines, la conscience de son origine éternelle et qui le prépare à réaliser sa destination première, c'est-à-dire à révéler l'Être dans l'existence.

Le retour en son centre originel de l'homme, devenu étranger à lui-même, a toujours joué un rôle décisif dans l'engagement sur la Voie. L'enseignement et la pratique du Hara, du centre vital de l'homme, font prendre conscience de ce processus.

Pour ce qui est des rapports entre « esprit occidental » et « sagesse orientale », il devient évident que les oppositions entre monde oriental et monde occidental constituent, au fond, un problème inhérent à la nature profonde de l’homme. Il faut faire une distinction entre les principes fondamentaux à valeur humaine générale et leur concrétisation qui prend différentes formes selon la race, les conditions géographiques, la tradition spirituelle et le niveau de développement.

Le présent ouvrage n'a d'autre prétention que d'ouvrir une porte menant à une sagesse née de l'expérience transcendantale, sagesse dont on n'a pas, jusqu'à présent, assez apprécié la valeur. Qu'il commence aujourd'hui à en être autrement ne signifie pas que l'on emprunte à une conception orientale, mais au contraire que l'on s'ouvre à une vérité propre à tous les hommes, vérité qui n'avait pas encore fait son chemin.

 

Extraits de l'ouvrage

• Hara

Par hara (et nous tenons à conserver cette dénomination) les japonais entendent le fait de posséder un « état d'être » qui implique l'homme tout entier et lui permet de s'ouvrir aux forces et à l'unité de la vie originelle ainsi que de les manifester tant à travers la maîtrise et l'accomplissement de sa vie qu'à travers le sens qu'il lui donne.

page(s) 12
• Le véritable centre fait défaut

« Poitrine en avant – ventre rentré », c'est l'expression la plus concise d'une mauvaise attitude fondamentale de l'homme, ou plus précisément d'une mauvaise attitude physique qui trahit et renforce une mauvaise attitude intérieure. […]

Le déplacement du centre de gravité « vers le haut » et le fait d'être coupé de ce centre dérangent l'équilibre naturel entre tension et relâchement et font osciller l'homme entre un état de tension très forte et un état de dissolution. Mais en quoi cela peut-il constituer un « danger pour un peuple » ? Par cette fausse attitude qui exprime et renforce une ordonnance apparente des forces intérieures et qui fait obstacle à la vraie ordonnance, car là où tout est décentré vers le haut, le véritable centre fait défaut.

page(s) 15
• S’enraciner solidement pour s’épanouir

De même que la cime de l'arbre ne s'épanouit pleinement que si celui-ci est solidement enraciné, de même l'esprit ne se développe dans sa vraie mesure que s'il ne renie pas ses racines, c'est-à-dire s'il conserve constamment en lui le sentiment de l'unité originelle de la vie, de cette unité dont la vie humaine, comme toute chose, est issue. Mais que l'homme perde le contact avec cette vie originelle par une tension exagérée vers le haut et il dérange l'équilibre de ses forces ; le Moi, imbu de son importance, lui cache la voie vers le développement de son être profond alors que sa véritable destination est de préparer et de protéger cette voie.

page(s) 16
• Un hara solidement ancré

C'est […] dans un comportement qui ne met pas l'accent sur le moi que se manifeste le présence d'un hara solidement ancré.

page(s) 24
• Les images des bouddhas

Les statues des Bouddhas incarnent cet état de l'être qu'il est donné à l'homme de manifester dans son corps et dans lequel l'origine, le sens et le but de la vie ne font qu'un. Sur les images des Bouddhas, il apparaît clairement que ces derniers ont le centre de gravité situé dans le bas-ventre.

page(s) 26
• Beauté véritable

La conception populaire de la beauté en Occident a […], aujourd'hui, beaucoup perdu de sa substance. Au culte du corps, expression de l'âme, a fait place celui des proportions harmonieuses, ce qui se traduit chez la femme par une accentuation de l'aspect érotique et chez l'homme, par un développement exagéré de la musculature, du caractère masculin.

Au contraire, l'homme spirituellement différencié, s'étant de plus en plus détaché de la beauté purement corporelle, fait peu de cas de l'harmonie des proportions et reconnaît la beauté à ce qu'elle exprime de spirituel, de vie intérieure.

page(s) 27
• Devenir transparent au contact du réel

[L]es exercices propres à la pratique du Zen ont pour fondement un principe de dignité humaine dont la justesse n'est plus contestée : l'homme a reçu le pouvoir et le devoir, à partir de certaines expériences et perceptions, ainsi qu'à l'aide de certains exercices, de se libérer du règne de la conscience statique du moi qui nous sépare de l'Être, de s'ouvrir à une dimension plus profonde, au Réel. Il peut et il doit devenir transparent à son contact, c'est-à-dire perméable à l'être essentiel qui est en lui.

page(s) 9