Les huit marches vers le bonheur

Albin Michel, 2001 , traduit en 2008
16 cm x 24 cm, 390 pages
Couverture de Les huit marches vers le bonheur

Quatrième de couverture

« Il est précieux qu'un ouvrage présentant toutes les garanties de sérieux et d'orthodoxie bouddhiste nous rappelle que le Bouddhisme des origines est celui du Hīnayāna, le « sentier aux huit embranchements », le « Chemin Octuple ». Un chemin, une voie, donc une progression guidée par une méthode.

Les vérités et les pratiques exposées dans l'ouvrage que voici sont à l'origine de toutes les écoles ultérieures, et elles demeurent vraies aujourd'hui comme il y a deux mille cinq cents ans. Gautama Sakyamuni a enseigné un chemin progressif incluant recherche, compréhension, efforts, persévérance. C'est ce chemin que nous propose Bhante Gunaratana, un maître du Hīnayāna particulièrement reconnu et respecté. Je suis suis convaincu que son témoignage sera précieux pour de nombreux lecteurs, même non bouddhistes. La paix du cœur, la lucidité, la compassion, la sagesse transcendante ne sont la propriété exclusive d'aucune religion ou tradition. »

Arnaud Desjardins

Extraits de l'ouvrage

• L'attachement source de mal-être

Le changement est partout autour de nous, menaçant les choses mêmes dont nous pensons avoir besoin pour être heureux.

C'est un paradoxe : plus nous possédons, plus notre risque d'être malheureux grandit.

page(s) 19
• Le bonheur n'est pas dans la satisfaction des sens

Il est facile de se rendre compte que la satisfaction des sens n'est pas du bonheur, puisque le plaisir éprouvé disparaît presque immédiatement et qu'il peut même entraîner un sentiment de déchéance et de remords.

page(s) 20
• Bonheur du renoncement

L'une des [sources supérieures de bonheur] est le « bonheur du renoncement », le bonheur spirituel venant de la recherche de ce qui est au-delà des plaisirs du monde. L'exemple classique est la joie qui naît de l'abandon de toutes préoccupations mondaines et de la recherche de la solitude dans un environnement paisible, pour se consacrer au développement de l'esprit. […]

La générosité est une autre forme de renoncement.

page(s) 22
• La véritable solitude

La véritable solitude est dans l'esprit. Une personne dont l'esprit est libre des liens de la possessivité et de l'attachement, a dit le Bouddha, est « quelqu'un qui vit seul ». Et quelqu'un dont l'esprit est peuplé par l'avidité, la haine et de fausses idées est « quelqu'un qui vit avec un compagnon », même dans la solitude physique.

page(s) 31
• Observer la douleur

La manière la plus efficace, mais la plus difficile, de traiter la douleur est de l'observer. Soyez avec la douleur, fondez-vous en elle. Ressentez-la sans y penser comme étant « ma » douleur, « mon » genou, « mon » cou. Observez simplement la douleur de près, et voyez ce qui lui arrive.

page(s) 39
• Lorsque les facteurs de l'octuple sentier sont en place

[U]n moment peut venir où tous les facteurs des huit marches sont en place. La moralité a été rendue parfaite, la concentration est profonde et forte, l'esprit est vif et clair. Alors, une intuition extrêmement profonde peut se produire – l'intuition que toute expérience est impersonnelle et impermanente à tous points de vue, et que rien ne mérite de s'y attacher. À ce moment, tous vos doutes disparaissent et votre vision du monde change.

À partir de cet instant, vous marchez sur le chemin à un niveau entièrement nouveau. Précédemment, il vous fallait une bonne et claire compréhension intellectuelle de la manière dont tous les aspects du chemin s'articulent et fonctionnent ensemble. Après cette profonde intuition, votre compréhension atteint un niveau supérieur, appelé « supra-mondain », et vous avancez avec une confiance suprême. Vous savez que, quoi qu'il arrive, vous atteindrez votre but.

page(s) 50-51
• Bienfaits de la générosité et de la bonté

Votre comportement positif aura créé deux types de résultats immédiats. Le premier est intérieur. C'est la manière dont vous vous sentez. Comme vous avez été régulièrement généreux et bon, et avez réfléchi à vos actions généreuses et aimantes, votre esprit est paisible et heureux. Le second type est extérieur : on vous apprécie et on a de l'affection pour vous. Bien que ce soit certainement agréable, les résultats extérieurs sont moins importants que les premiers, car ils sont tributaires de la réaction d'autres personnes et, par conséquent, moins fiables.

page(s) 53