Périls et promesses de la vie spirituelle

La Table Ronde, 1993 , traduit en 1998
13 cm x 24 cm, 430 pages
Pocket, 2003


Couverture de Périls et promesses de la vie spirituelle
Couverture poche de Périls et promesses de la vie spirituelle

Quatrième de couverture

Célèbre aux États-Unis dans les milieux de la psychologie et de la spiritualité en général et dans ceux du bouddhisme en particulier, Jack Kornfield partage dans cet ouvrage les fruits d’un parcours exemplaire. Après avoir été formé pendant cinq ans aux pratiques de méditation intensive dans un monastère bouddhiste de Thaïlande, il rentre aux États-Unis, persuadé d’avoir suivi une ascèse particulièrement efficace. Mais les états de conscience exceptionnels qu’il a connus ne l’ont en rien préparé à affronter ses problèmes existentiels. Ce constat douloureux l’amène à une profonde remise en cause de lui-même. Réalisant qu’un complément de formation lui est nécessaire pour se sentir aussi à l’aise dans l’effervescence de la vie contemporaine que dans les monastères d’Extrême-Orient, il explore en profondeur les approches psychologiques modernes.

Le thème fondamental de la complémentarité possible entre les voies orientales de transformation et les découvertes des différentes écoles de psychothérapie a rarement été traité de manière aussi exhaustive que par Jack Kornfield et les quelques spécialistes qui se rattachent à son école. Par ailleurs, à l’heure où certains enseignants de méditation insuffisamment préparés ont été sources de rumeurs ou même de scandales divers, et en accord étroit avec Sa Sainteté le Dalaï-Lama, Jack Kornfield est également le promoteur d'un mouvement d'exigence éthique rigoureuse dans le domaine de la transmission des enseignements spirituels. Ce n’est pas le moindre de ses mérites.

Dans cet ouvrage, qui témoigne de son expérience de disciple puis d’enseignant, Jack Kornfield examine une à une, avec autant d’humour que de sagacité, les questions qui se posent à tout Occidental en recherche. Au travers d'anecdotes et d'exemples vécus, il dissipe nombre de malentendus et beaucoup d'illusions. Ancré dans la réalité de notre société, ce livre est appelé à laisser une marque profonde dans le grand réveil spirituel de l’Occident.

Extraits de l'ouvrage

• Nos difficultés font partie de la pratique

[C]e que mon maître proposait en premier lieu [, c'était] une manière de vivre, un chemin d'éveil, d'attention, de soumission et d'engagement, travail de toute une vie. Il offrait un bonheur qui n'était pas tributaire des circonstances transitoires du monde mais qui découlait du processus conscient et difficile de notre propre transformation intérieure.

En entrant au monastère, j'avais espéré laisser derrière moi la souffrance de ma vie familiale et les difficultés liées au monde mais, à l'évidence, elles m'avaient suivi. Il me fallut plusieurs années pour comprendre que ces difficultés faisaient partie de ma pratique.

page(s) 19
• La spiritualité n'est pas évitement

Depuis que j'ai commencé à enseigner, j'ai constaté qu'un grand nombre d'élèves avaient une conception erronée de la vie spirituelle, espérant s'en servir pour échapper à leur vie, utilisant ses idéaux et son langage pour éviter les souffrances et les difficultés de l'existence, comme j'avais tenté de le faire, recherchant dans les temples, les églises et les monastères des « effets spéciaux ».

page(s) 20
• Vivre dans ce précieux corps animal

J'appris que, pour vivre une vie spirituelle, je devais être capable de l'incarner dans chacune de mes actions : dans ma manière de me tenir debout et de marcher, dans ma manière de respirer, dans l'attention que je portais à ma façon de manger. Je ne devais exclure aucune activité. Vivre dans ce précieux corps animal sur cette terre est un aspect de la vie spirituelle aussi important que tous les autres.

page(s) 22
• La porte du sacré

[P]our que l'universel se déploie dans notre vie spirituelle, il doit être uni au personnel. Nous sommes des êtres humains, et la porte humaine qui mène au sacré est constituée de notre propre corps, de notre propre cœur et de notre propre esprit, du passé dont nous provenons et des relations et situations les plus intimes de notre existence. Si la compassion, la justice et la libération ne peuvent prendre vie en nous-mêmes, où donc le pourraient-elles ?

page(s) 25
• Notre chemin a-t-il du cœur ?

Lorsque nous nous posons la question : « Ai-je choisi un chemin qui a du cœur ? », nous découvrons que personne ne peut définir précisément à notre place ce que devrait être notre chemin. Au contraire, nous devons permettre au mystère et à la beauté de cette question de résonner dans notre être. Alors, de quelque part en nous, une réponse surgira et une compréhension naîtra.

page(s) 28
• Présence et de simplicité vivifient notre chemin

À mesure que les qualités de présence et de simplicité imprègnent davantage notre vie, notre amour intime de la terre et de tous les êtres peut s'exprimer et vivifier notre chemin.

page(s) 29
• Le corps de peur

Notre peur crée en nous un « moi » crispé et fictif. Ce moi fictif ou « petit moi », s'appropriant notre corps, nos émotions et nos pensées limitées, essaie de les maintenir et de les protéger. Ce sens d'un moi limité est à la source du manque et du besoin, de la colère défensive et des barrières que nous érigeons pour nous protéger. Nous avons peur de nous ouvrir, de changer, de vivre pleinement, de ressentir la totalité de la vie ; une identification crispée à ce « corps de peur » devient notre manière d'être habituelle. La peur engendre la totalité de notre convoitise, de notre haine et de notre illusion.

Pourtant, il est possible de trouver sous cette peur une ouverture et une complétude qu'on peut appeler notre véritable nature, notre état originel, notre nature de Bouddha. Mais, afin de revenir à cette véritable nature, il faudra d'abord examiner et élucider la mécanisme de ce « corps de peur » d'une façon tout à fait personnelle.

page(s) 39-140