Vers la révolution intérieure

Se changer soi-même pour changer le monde
Presses du Châtelet, 1971 , traduit en 2012
14 cm x 23 cm, 290 pages
Pocket Marabout, 2014


Couverture de Vers la révolution intérieure
Couverture poche de Vers la révolution intérieure

Quatrième de couverture

« Ce dont nous devons parler ensemble, c’est de la révolution intérieure. De profonds changements s’imposent, non seulement dans la structure de la société mais aussi en nous-mêmes. Nous sommes le monde ; le monde et nous ne faisons qu’un. Si vous êtes né au sein d’une culture particulière, vous la représentez. Vous en faites partie, et pour changer les structures de cette culture, c’est vous-même qu’il faut d’abord changer. »

Dans ce recueil inédit, issu de conférences données en 1970-71 dans différentes villes de l’Inde, Krishnamurti insiste sur la nécessité de créer un environnement propice à la compréhension afin de permettre la connaissance de soi. Il y rappelle les principes spirituels fondateurs de sa pensée : il faut apprendre par l'expérience directe, non par la sagesse reçue des textes et des enseignants. Rejeter ce qui était (le passé) et ce qui devrait être (l'idéal) afin de percevoir à travers l'observation directe ce qui se passe chaque jour et dans chaque expérience. Regardez en son for intérieur afin d'apprendre comment fonctionne l'esprit et changer ainsi le monde.

Extraits de l'ouvrage

• Deux façons d'apprendre

Apprendre correspond […] à deux mouvements. L'un est un mouvement d'accumulation, comme lorsque vous apprenez une langue et que vous acquérez un savoir. […]

Il existe une autre façon d'apprendre, qui ne consiste pas à accumuler mais à bouger, à aller de l'avant tout en apprenant.

page(s) 11
• Cessez de suivre quiconque

Les gourous sont destructeurs, pas créateurs. Si vous ouvriez vraiment les yeux, vous laisseriez tout de suite tomber définitivement toute autorité spirituelle, vous cesseriez de suivre quiconque – y compris l'orateur. Vous observeriez vraiment de tout votre cœur, de tout votre esprit, et vous feriez cet examen, cette découverte, car c'est vous qui devez changer, pas votre gourou.

page(s) 14-15
• Observer ce qui est

Celui qui veut changer radicalement doit observer ce qui est et non ce qui devrait être. En réalité, le fait d'avoir des idéaux est l'une des raisons qui fait que vous n'avez pas d'énergie, qu'il vous manque la flamme, parce que vous vivez dans une sorte de flou abstrait. […]

[C]omment faire pour observer ce qui est [?] En fait, ce qui devrait être [est devenu] l'autorité de référence. Mais l'esprit qui s'est libéré de ce qui devrait être ne fonctionne plus en terme d'autorité. Il est donc libre de toute forme de supposition capable de donner corps à une autorité. L'esprit est donc libre d'observer réellement ce qui est.

page(s) 20
• Vivre hors de tout conflit

La méditation consiste à découvrir une manière de vivre exempte de tout conflit. Il ne s'agit pas de fuir, de partir dans de formidables expériences mystiques, mais de mettre véritablement au jour, dans la vie quotidienne, une manière de vivre dans laquelle l'esprit ne soit jamais même effleuré par le conflit.

Et cela ne peut avoir lieu que lorsque vous comprenez vraiment – avec votre cœur, votre esprit, votre raison, avec tout ce que vous avez en vous – cette division interne, au sein de la psyché. Tant qu'existe cette division, qui est inévitable lorsque vous vous efforcez de devenir quelqu'un – de devenir noble, de devenir meilleur –, il y a forcément un conflit, qui vous empêche de faire face à ce qui est.

La bonté, voyez-vous, ne peut jamais « devenir », se transformer en autre chose. On ne peut pas devenir meilleur en termes de bonté. La bonté, elle est là, ici et maintenant, c'est maintenant qu'elle fleurit, pas dans le futur.

page(s) 22
• Autorité et liberté

La racine latine des mots obéissance, obédience, signifie « entendre ». Quand vous entendez répéter sans cesse qu'il vous faut un gourou – faute de quoi, vous ne pouvez absolument pas comprendre la vie ni atteindre l'éveil –, que vous devez suivre quelqu'un, vous obéissez, inévitablement, n'est-ce pas ? L'obéissance implique une soumission, ce qui signifie que vous avez une autorité de référence. Or, un esprit tel que le vôtre, hanté par l'autorité, ne peut en aucun cas vivre dans la liberté, et ne peut donc jamais vivre sans trace d'effort.

page(s) 23
• Découvrir la réalité vraie

Pour pouvoir découvrir ce qu'est la réalité vraie, l'esprit doit être totalement vide.

page(s) 25-26
• Aucun changement possible à partir de la confusion

Un esprit confus, enclin à l'idéologie ou animé de convictions profondes, est tout à fait inapte à se changer lui-même ou à instaurer le changement dans les structures sociales, parce que l'acteur lui-même est en proie à la confusion.

page(s) 8